Les muscles extenseurs du Coude

 

Etendre l'avant-bras consiste à l' éloigner du bras.

Aspect postérieur du squelette brachial
 
Mise en place des sites d’insertion musculaire:

 

 

1 : omoplate
2 : tubercule sous-glénoïdien
3 : aire d’insertion proximale
4 : gouttière de torsion humérale
5 : aire d’insertion distale
6 : épicondyle
7 : bec de l’olécrâne
8 & 8’ : cloisons intermusculaires médiale & latérale.

Ce mouvement résulte de la contraction du triceps dont la force annule et dépasse celle de ses antagonistes que sont les fléchisseurs du coude.

           

L’extension du coude exploite le principe d'un levier de premier genre dont le point  d'appui (o) est l'articulation du coude, interposée entre la force du triceps (F)  tractant l'olécrane, et la résistance (R) représentée par l'avant-bras mobilisé par  les fléchisseurs.
Le bras de levier brachial - correspondant à la distance (AO) entre l'axe mécanique de l'articulation et le sommet de l'olécrane - étant très court, la force développée par le triceps doit être conséquente pouvoir mobiliser le segment antébrachial bien plus long (BO)


 

* Le Triceps est la masse charnue qui occupe la loge postérieure du bras.  Cette masse résulté de la fusion de trois corps musculaires appelés chefs: long, latéral et médial.

Leurs insertions d’origine se font successivement sur le tubercule sous-glénoïdien de l’omoplate et sur la face postérieure de l’humérus, de part et d’autre de la gouttière radiale.
 
 
 
 
1 : Tubercule sous-glénoïdien, origine du chef long.
2 : aire d’insertion du chef latéral.
3 : Aire d’insertion du chef médial.
4 : Aire d’insertion terminale.
a & a’ sites d’insertion du muscle anconé.


 

Le tendon du chef long descend
verticalement vers les deux autres et
contribue à la soudure de l’ensemble, formant un volumineux muscle débordant sur les cloisons intermusculaires


Il se termine sur l’olécrane qu’il engaine tout en s’étalant vers l’aponévrose superficielle par l’intermédiaire de deux expansions fibreuses dénommées ailerons du coude (d).
Une bourse séreuse est interposée entre ces insertions et le bec de l'olécrane.

 
A noter le parcours du nerf radial le long de la gouttière de torsion, il est donc totalement enfoui dans la masse charnue

Le triceps est l’extenseur principal de l’avant-bras.
Quand il prend appui par l’intermédiaire de la main, (action de se lever en s’appuyant sur un point fixe), il devient élévateur du tronc.
Son chef long est accessoirement extenseur de l’épaule.

Son intégrité est essentielle chez les personnes utilisant des béquilles.

 
* L’Anconé est un petit muscle triangulaire étendu de l’épicondyle à la face latérale de l’olécrane.
Il est interposé entre l'expansion aponévrotique latérale du triceps et l'origine du cubital postérieur.

 

* La désaxation physiologique bras / avant-bras, illustrée par les deux lignes xx/yy définit le cubitus valgus. La traction développée par le triceps sur l'olécrane tend à redresser cette déviation, action à laquelle s'oppose l'anconé (A) dont le rôle extenseur est négligeable en raison de sa brièveté et de son obliquité.
Il contribue plutôt à maintenir le cubitus valgus physiologique et évite le déboîtement du coude lors d’une extension brusque.

 
 
* Les mouvements d'extension pratiqués avec force et de façon répétitive - comme cela est vécu par les amateurs de tennis - mettent à rude épreuve l'anconé, dont la souffrance se manifeste par l'irritation de son insertion d'origine, point de départ d'une épicondylite.

 

Coupe transversale passant à mi-hauteur du bras.
- La loge antérieure est occupée par les deux principaux fléchisseurs du coude, muscles biceps (bi) & brachial (br).
 
- La loge postérieure est occupée principalement par les trois composantes du triceps.
 
- Deux espaces livrant passage aux pédicules vasculo-nerveux sont aménagés par la disposition de ces masses musculaires, ce sont le canal brachial (cb) dans la loge antérieure & la gouttière radiale de l’humérus contre laquelle est appliquée le nerf radial ®.